Votre mot de passe vous sera envoyé.

Myrtille est une vraie Parisienne. Elle y a vu le jour en 1995 et n’a jamais vraiment quitté le bitume de Saint-Germain-des-Prés, où on la croise de temps en temps au Bluebird, au Hibou ou au Petit Fernand. Myrtille a 21 ans mais les goûts d’une décennie qui l’a vu naître et apprendre à marcher : quand elle se perd dans les rues de Paname le pas rythmé par les beats de Massive Attack, Prodigy et même Depeche Mode, c’est parce qu’elle fait un break dans sa lecture du MaÎtre des illusions de Donna Tartt ou du parfum de Patrick Süskind…

« Je suis ravie de faire la couverture de ce magazine, lance-t-elle dans un combo regard de husky- moue à la Bardot à faire fondre en quelques secondes un sorbet pomme-cassis de chez Berthillon. J’ai toujours été très sensible à l’esprit qu’a insulé Hugh Hefner dans les premières décennies du magazine, là où était mis en avant un certain art de vivre : art, mode, design, innovation. Pour moi, il est là l’esprit Playboy, pas au bord d’une piscine hollywoodienne remplie de créatures siliconées. »

> Voir l’article complet

Scroll Up