Votre mot de passe vous sera envoyé.

Née le 22 mai 1984 à Busan (Corée du Sud), Soo Yeon Lee est une fille bien de son temps, à la fois championne internationale de ping-pong, mannequin, actrice, entrepreneuse… Elue par le Playboy américain « sportive la plus sexy de la planète », trophée ayant donné lieu à une vidéo très remarquée, Soo reste une fille simple, avec la tête sur les épaules. Après avoir remporté des dizaines de tournois, dont l’US Open de tennis de table en 2007, elle s’installe à Hollywood au départ pour étudier l’Education Physique à UCLA. Elle rapidement « scoutée » par l’industrie de la mode et devient modèle, et aussi actrice (un caméo remarqué dans la série Entourage, notamment, saison 7 pour les curieux) mais ne laisse jamais tomber sa passion première. Au contraire elle fusionne toutes ses passions en devant ambassadrice du Spin club, dont le premier établissement a été ouvert par Susan Sarandon à New York, et qui propose du « social ping-pong ». C’est-à-dire que l’on vient, on joue, on discute, déjeune, écoute de la musique, réalise des interviews. « Le ping-pong est un sport où l’on peut vraiment s’amuser, et jouer contre n’importe qui, indifféremment du sexe ou de l’âge, du look, on peut aussi garder ses talents hauts et ses robes longues… Tout le monde y joue, de Obama à Justin Bieber en passant par les joueurs de NBA… C’est vraiment fédérateur et assez sexy de par sa légèreté… ». C’est encore cette passion vénéneuse qu’elle met en scène dans ce shooting de Markus Klinko, célèbre photographe de mode et musicien connu notamment pour ses sublimes portraits de Bowie et la pochette de son album Heathen. Leur rencontre est un univers en soi, révélant une face plus romantique de Soo, et mystérieuse aussi.

A quel âge avez-vous commencé à jouer au ping-pong ?

J’ai commencé à jouer au quand j’avais 9 ans, à l’ école élémentaire de Séoul. Je suis allée en cours de ping-pong avec des amis juste pour m’amuser, mais mes professeurs ont remarqué que j’avais une capacité naturelle très forte, presque surnaturelle dans le jeu et c’est ainsi que j’ai été recrutée dans une optique de recrutement ultérieur. J’ai été formée par les plus grands entraîneurs, la Médaille d’or olympique Jung Hwa Hyun. et la Championne du monde Lee Ailesa.

1

Que retirez vous de ces premiers enseignements ?

La première chose que j’ai apprise dans mon parcours de ping-pong c’est la discipline, l’engagement et tout ce qui touche au mental. (Par exemple, face aux émotions de l’échec jusqu’à ce que j’ai atteint mon objectif d’être une championne et d’apprendre à ne jamais renoncer si je crois en quelque chose et veux atteindre un but).

2

Jusqu’où êtes-vous allé dans la compétition coréenne et internationale ?

J’ai joué en équipe junior et équipe nationale coréenne depuis 12 ans et j’ai des titres successifs en tant que championne nationale coréenne. J’ai gagné la 2ème place au Championnat mondial d’université en Chine, le Championnat féminin de Nouvelle-Zélande 2004 et j’ai été élue sportive de l’année. En 2007 je suis arrivée aux États-Unis et j’ai remporté un certain nombre de tournois nationaux américains, y compris l’US Open.

3

La culture du ping-pong se développe-t-elle aux États-Unis ?

Oui, le ping-pong y gagne certainement en popularité et en attention des médias maintenant que tant de célébrités et d’entreprises créatives deviennent très passionnées par le jeu. Je me souviens quand je suis venue aux États-Unis en 2007, je n’ai vu personne jouer au ping-pong et pas vraiment d’endroits pour jouer jusqu’à l’ouverture du Spin. SPIN (www.wearespin.com) est un club de ping-pong de divertissement social, lancé à New York en 2009 par un cofondateur de l’actrice Susan Sarandon. À l’heure actuelle, je suis ambassadrice du SPIN et j’ai été avec eux depuis leur grande ouverture à New York City. Le soir de l’inauguration, j’ai porté une robe de cocktail noire serrée avec des talons hauts et prouvé que l’on pouvait jouer au ping-pong dans toutes les situations (rires). Cette nuit a littéralement changé l’image du ping-pong aux USA en devenant sexy, hip et cool à la fois quand mon image a été présentée à Vanity Fair le lendemain. Le magazine W, les blogueurs lifestyle/entertainment de NY ont créé un grand buzz autour du ping-pong cette nuit-là. Depuis, j’ai participé à chaque exposition aux ouvertures de chaque emplacements du SPIN club incluant Toronto, Los Angeles, Chicago, San Francisco et Austin. Le ping-pong est inclusif et relie les personnes indépendamment de l’âge, du sexe ou de l’arrière-plan. Il s’agit de s’amuser, de ne pas prendre la vie trop au sérieux. Vous ne devez pas être super sportif pour jouer à ce sport et ce peut être un exercice amusant et un meilleur sport incroyable pour le cerveau qui tue le stress. Parmi les joueurs célèbres passés au Spin figurent l’ancien président Obama, Bill Gates, Jamie Foxx, Justin Bieber, etc.

5

Est-ce un sport sexy, en raison de sa légèreté ?

Oui c’est un sport sexy parce que je joue ! ! (Haha) La grande chose au sujet du ping-pong est que les femmes et les hommes peuvent jouer l’un l’autre en fonction des compétences et non pas de la capacité physique qui ne ressemble à aucun autre sport. Une femme peut facilement battre un homme dans ce sport et cela le rend sexy, amusant et attrayant. J’ai battu des grands athlètes de la NBA, de la NFL et du monde du tennis. Les réactions des gens sont généralement très positives et pensent que cet élément du pouvoir d’une femme est très excitant. D’autant que vous pouvez porter des tenues amusantes, ludiques et élégantes.

6

Quel est le costume de ping-pong parfait ?

Le niveau de confort vient en premier. Vous devez également vous sentir bien sur la tenue. C’est comme porter votre robe préférée qui vous fait sentir belle et confiante. C’est pareil pour moi quand je joue dans des expositions, je choisis des tenues qui me rendent superbes et portent des vêtements qui montrent la forme de mon corps, mon style et mon amour pour la mode, ainsi que ma créativité.

7

Qu’est-ce que cela signifie pour vous d’apparaître dans Playboy France ?

J’ai vraiment l’honneur d’apparaître dans PLAYBOY France. Je rêvais toujours de visiter la France quand j’étais petite fille de Corée, en pensant que c’était une ville magique avec une beauté à couper le souffle. Après ma première visite en 2008, je continue de revenir et c’est toujours l’un de mes pays préférés et Paris est ma ville préférée dans le monde. La richesse de la culture, de la mode, de l’histoire, de l’art, de l’architecture, de la gastronomie, du vin, de la langue et du style de vie inspire mon cœur comme aucun autre endroit. Je suis très heureuse de partager mon histoire et les photos avec Playboy France et playboy.fr !
L’image délicieusement sexy du magazine combinée avec l’art de Markus Klinko me fait très plaisir de faire partie de cette collaboration emblématique.

8

Justement, comment êtes-vous liée au photographe Markus Klinko ?

Je connaissais son travail avant de le rencontrer et pensais qu’il était un incroyable photographe et artiste. Lorsque David Swaelens-Kane m’a demandé en vacances à Los Angeles si j’étais intéressée pour paraître dans le Playboy français, ma première question a été : «Qui sera le photographe ?» Lorsqu’il a mentionné Markus, je n’ai pas hésité à dire oui. Je n’ai jamais fait de photoshoot révélateur comme celui-ci. Je savais que je pouvais faire confiance à ses images magnifiquement puissantes et artistiques. Il était incroyable de travailler et m’a fait sentir très confortable en restant moi-même. Il était extrêmement bien préparé et partagé sa vision du personnage qu’il voulait que je joue. C’était très différent de ce que j’avais prévu, mais j’aimais vraiment le concept et je me suis bien amusée pendant le tournage. J’aimerais travailler avec lui à nouveau.

Que pensez-vous de son travail artistique ?

Il est évidemment un visionnaire incroyable. Son travail est solide, créatif, fonctionnel et capte l’authenticité de la vie de son sujet. J’ai été un grand fan de son travail et j’admire les images géniales qu’il a capturées de grands personnages, notamment David Bowie et Beyoncé, pour n’en nommer que quelques-uns.

Pourriez-vous nous dire quelque chose au sujet de ce shooting Playboy ?

Le travail de Markus m’a aidée à me sentir libre et confiante pour exprimer mon « real self » aussi bien que pour jouer devant la caméra. Son associé Koala était génial avec son stylisme / maquillag et tous les assistants étaient très utiles. Tout le monde a travaillé dur avec passion et nous avons tous apprécié de travailler ensemble … C’était une équipe si formidable. L’emplacement du tournage était la maison du producteur James Goldstein. J’ai fait beaucoup de photoshoots et de films dans sa maison, alors je me sentais un peu chez moi (rires).

Et le cinéma ? A chaque apparition vous crevez l’écran…

Oui j’adore vraiment jouer au cinéma, certains se souviennent de mon camés dans la série Entourage (lien) et j’ai fini un film intitulé « Puberty ». Il a aussi été tourné à la maison de James Goldstein, même endroit que le shoot Playboy France. J’espère que mon film sera présenté à Cannes un jour. J’aimerais travailler sur un film français un jour car j’admire vraiment le cinéma français. Je travaille actuellement sur le lancement de ma chaîne Web appelée « Pong Stars » et ma ligne de marchandises qui comprend des raquettes, des balles, des chapeaux et des vêtements. Je n’ai jamais participé à une exposition de ping-pong en France et j’aimerais vraiment faire quelque chose d’amusant et de communiquer avec le public français. L’ouverture d’un emplacement SPIN à Paris serait fantastique ! Ou à Bordeaux, ville dont mon me parle beaucoup !

« J’ai fini un film intitulé « Puberty ». Il a aussi été tourné dans la maison de James Goldstein »

Scroll Up