Racontée et vécue par Jean-Christophe Florentin

Photos : Léonard Happ, Serge Samo, Elias Homman, Karel de Gendre et Pierre Yves le Strat
C’est quand elle a découvert la liste de nos invités que Mélinda, maîtresse à poigne de Castel, a
commencé à nous détester. “ Bokassa, on crois rêver… Sylvie Ortega, mais on croit rêver !
Florian Philippot, mais on croit rêver !! Afida Turner, MAIS ON CROIT RÊVER !!! En 20 ans de
carrière je n’ai jamais vu des amateurs pareils ! ” Hurle t-elle dans son téléphone en laissant un
message. Mais ce n’était là que le prologue. Une mer calme qui allait précéder une tempête
force 8,6 !

Reconceptualisons : à l’instar de Louis XIV et de Kévin de Roubaix, nous aimons festoyer à chacune de
nos parutions. L’occasion de convier et remercier collaborateurs, clients, amis, et soigner nos RP. Pas
question de laisser le lapin pourrir au fond de son clapier. Nous avons donc lancé quelques invitations à
notre soirée du 27 avril chez Castel.
Aucunement à Karl Zéro, Enora Malagré, aux Gilets Jaunes, Black Block et traine-savates pourtant mis
en ébullition immédiate. Par nous ignorons quel hasard le citoyen Zéro qui n’était absolument pas invité
est tombé sur notre flyer et s’est fait un main plaisir de le partager auprès de sa petite communauté aussi
déviante que complotiste. Partage tombé entre les mains d’Enora Malagré (non invitée comme Karl, et
comme Monsieur Zéro, ancienne gloire de l’ORTF tombée dans l’oubli qui se rattrape aux branches de
notre buzz mondial pour en récolter quelques miettes et exister encore un peu avant de retomber dans
un juste délabrement éternel).


Le problème, c’est que leurs tweets rageurs ont été vus par des milliers de haters, rageux et connards de
tous poils tels qu’il en pullule sur ce réseau poubelle de l’humanité. Boite à ordures que Mr Musk serait
bien inspiré de vider au plus vite comme on vide la poubelle de son ordi.
Résultat : ces crétins pensent que Marlène Schiappa sera présente à la soirée (où elle fut invitée) et
comme ils mélangent tout, ne comprennent rien et amalgament les concepts (on n’ose parler d’idées) les
plus démunis intellectuellement pensent même que c’est la ministre qui invite chez Castel. Ils appellent à
manifester devant le mythique établissement pour quelle rende l’argent du fond Marianne qu’elle
trimballe certainement dans son sac à main de première mains. Panique chez Castel qui menace de tout
annuler : « Ils vont nous foutre le feu !» hurle Mélinda, maîtresse des lieux. Palabres.«Merci d’enlever
immédiatement le nom de Marlène Schiappa et de« M.C Elisabeth Borne» des flyers». Revendication
(ou plutôt diktat) accepté.e. Soirée maintenue contre sécurité accrue aux frais du lapin.
Jour J. Heure H-1. La rue Princesse n’avait jamais connu pareil bordel depuis sa percée. Un monde de
dingues. Une émeute. C’est drôle, ça me rappelle la fin des 80’s, époque Caca’s Club (dont Castel était
le QG), quand Frédéric Beigbeder lançait à 17:00 des invitations à des fêtes pour le soir-même, chez lui,
un duplex de la rue La Fontaine dans le XVI:« Viens, ce sera une émeute chez moi » et on se retrouvait
à 8 à écouter Arnold Turboust en bouffant des chips arrosées de vodka. Là, c’était une vraie émeute que
les flics du 6e ont fini par éloigner puis disperser vers 22 heures quand nombre de nos invités, apeurés
ont préféré faire marche-arrière comme Bigard.

Comment en est-on arrivé là ? Flash back. Message laissé par nous à Mélinda encore maréchal-
présidente à cette heure-ci (20:08) de la boite la plus hype de Paris: « Il semblerait que notre table qui

devait être la meilleure (box 3) a été changée par une petite table. Ce n’est pas ce qui était convenu,
merci de maintenir la table prévue ensemble.». Réponse de la poissonnière au berger, message vocal à
20:08. Magistrale, impériale où le bon goût le dispute à la distinction et l’élégance parisienne la plus
poussée. Eloignez les enfants : (sur un ton peu sympathique et profondément agacé) : « Le box 3 est
réservé pour des membres qui sont 20 pour leur anniversaire, et vous avez la table sous le DJ, c’est la
meilleure table car vous êtes au cœur de l’action et c’est là où va se passer les discours et compagnie et

Afida Turner qui va chanter. Et honnêtement, j’en ai rien à BRANLER, j’ai pas qu’ça à FOUTRE, j’ai des
manifestants devant chez Castel à cause de vos CONNERIES. Donc vous serez là où on vous a dit
d’être ! ». Les enfants peuvent revenir.
J’arrive à 21:00. La petite porte de Castel est inaccessible. Bloquée par un épais cordon de
manifestants, casseurs en puissance et casseurs d’oreilles via un grand concerts de casseroles aux
notes passablement dissonantes. C’est pas du Beethoven. Même pas du Jean-Jacques Goldman. Un
type en noir, cagoule et air stupide se place devant moi pour m’empêcher de passer. Je le bouscule du
haut de mes 90 kilos (« Quand un type de 90 kilos parle, celui de 50 l’écoute» pensais- je à l’instar des
préceptes d’Audiard). Grave erreur. C’était sans compter sur ses copains. 100 abrutis de 50 kilos = 5
tonnes de connerie. Trois choix s’offrent à moi: lynchage immédiat, asile politique chez Castel dont la
porte demeure fermée ou tentative toute macronienne d’instaurer un dialogue. J’ose demander : «Mais
que voulez-vous en fait?». Réponses lourdement alcoolisées pleines de bon sens à prendre au 8,6eme
degré:« On pue des pieds!»,« On va vous tuer!»,« Ça vous a fait plaisir la suppression de l’ISF?» (un
économiste perdu là), « Vous devriez avoir honte BOURGEOIIIIS ! », « Schiappa rends l’argent!»,«
Enculés!»,« On
tuera vos enfants!»,« Non a la pédocriminalité!» (faudrait savoir) et autres civilités… La seule qui
récoltera quelques suffrages sera Afida Turner qui descend de sa somptueuse limousine à moitié à poil:«
Laissez la passer, c’est une fille du peuple!». Quand on vous dit qu’ils sont décérébrés. Sans doute la

déception de ne pas être de nos amis et de ne pas être sur la liste des invités. Re-casserolades, re-
hurlements. Je vois ma vie défiler. Je vais mourir quand ma chérie Natalie me tire par la manche et

m’exfiltre de ce bordel à l’intérieur de Castel qui vient très opportunément d’ouvrir sa porte. Aurais-je eu
une plaque au dessus de la porte du divin lieu en l’honneur de l’éditeur martyr que j’ai failli devenir ? Le
cabinet de Marlène Schiappa m’appellera quand même le lendemain pour savoir si j’étais toujours
vivant…
Lutte des classe, le retour. A ma droite de jolis mannequins d’1m80 accompagnés de mecs pas pauvres
en costume, à mon extrême gauche, l’engeance la plus débridée starring un mec qui se tapait une
casserole sur la tête. Ça sonnait bizarrement creux des deux côtés. Ce fut quand même une émeute à
l’intérieur, de la même trempe qu’à l’extérieur. L’ami Bigard (invité) obligé de se réfugier dans un bar du
coin, pourchassé par des manifestants et des journalistes, les camarades de lutte Marie & Frédéric
Saldmann (invités) réfugiés au resto du rez de chaussée, inaperçus dans la boite du sous-sol
archibondée, Frédéric Beigbeder réfugié dans un box fraternise avec Marc-Edouard Nabe après une
vingtaine d’années de brouille (je ne suis pas peu fier d’avoir contribué à les réconcilier même si j’avais
affirmé à Fred que Marc-Edouard ne serait pas là, pieu mensonge…), Madame Nabe, tous gros seins
dehors qui cherchait son homme, le professeur François Rollin impérial, 25G et ses 125 kilos de
bienveillance (mes courageux amis manifestants ont-ils eu le courage ou l’inconscience de l’emmerder à
son arrivée?), Elisabeth Lévy éditrice de Causeur trouve notre soirée si réussie et si révélatrice d’un
climat qu’elle tient à y consacrer un sujet dans sa prochaine édition, Patricia de Sagazan from Valeurs
Actuelles m’appelle au secours, elle est coincée dehors. Mon portable ne passe pas au sous- sol. Je n’ai
pu intervenir, comme pour Bigard. Je finirai quand même par la retrouver au pied du grand escalier où je
me suis écroulé dans un grand canapé.
Paresse ou crainte de ne pas faire aussi bien que sa prose, laissons le mot de la fin à la gardienne du
temple, la très chic Mélinda dans un mail définitif en forme de débriefing mâtiné de lettre d’adieu.
Attention, propos politiquement et socialement incorrects: grossophobes, antibanlieusards, antinains,
antipropolos, anticamping, antimarlèneschiappa :
« Choix de la photo pour invitation: on ne m’a pas écouté et vous avez utilisé la couv Playboy avec
Marlène Schiappa, résultat MANIFESTATION devant chez nous !!! Mettre une hôtesse Playboy au
vestiaire pour remettre les cadeaux Playboy aux invités => on a dû courir pour trouver une bunnie
Playboy, on a fini par trouver une jeune fille canadienne qui était débordé (avec fote d’ortograf dans le
texte, Mélinda est sans doute plus portée sur les chiffres que sur les lettres) et donc n’a pas fait la remise
des cadeaux, c’est notre vestiaire qui a dû le faire elle-même… (la chasse aux lapine à moitié nues fut
ouverte). Et d’ailleurs pour la blague un jeune petit de taille travaillant pour Playboy et connaissant les
clients d’une table a demandé au serveur de remettre un magnum de Champagne, le serveur a refusé
en lui disant que seuls le ou les client qui réglaient la table pouvaient passer commande. Et
heureusement car ils n’ont pas repassé de commande après ! (on est limonadière ou on ne l’est pas#1).
Je ne vous parle même pas des dizaines de verres annulés aux bars au moment du paiement par vos
invités car ils trouvaient nos tarifs trop chers (ça part en perte), (on est limonadière ou on ne l’est pas#2)
de la qualité des invités qui oscillaient entre télé réalité bas de gamme et cités de la grande couronne
parisienne, de la seule pseudo célébrité présente Hafida Turner qu’on nous a demandé d’annoncer au
micro à 1h du matin (no way – on est pas au camping du Flot Bleu!!!), des 3 bouteilles (de notre stock)
que j’ai été déposé au Commissariat du 5e/6e pour remercier les policiers ayant protégé Castel du
19h30 à 00h30 (on est limonadière ou on ne l’est pas#3), des horribles bunnies en surpoids castées pour

représenter Playboy en strings ficelles : choquant !!!, etc, etc… J’aurai préféré éviter de me remémorer
l’organisation de cette soirée, vous m’en voyez plus que navrée !».
Jean Castel était un Seigneur. Pas ses successeurs… Conclusion d’un ami psychiatre:« Cette femme
vous hait. Peut être même plus que votre comité d’accueil ! ».
Coupez !